Et si l'avenir ressemblait à Transférés?

5 mai 2017 | Les Éditions Michel Lafon Canada

_____

C'est une histoire haletante et passionnante que nous livre ici Kate Blair.  Vivre dans un monde où les maladies sont transférées aux criminels. Est-ce possible? Pas dans notre monde actuel, mais dans le nouveau roman Transférés de Kate Blair, l'humanité soigne les maladies de cette manière. Jusqu'à ce que Talia Hale découvre l'envers du décor. Nous avons posé 3 questions à l'auteure où elle nous parle de son inspiration et de sa vision du futur.

Michel Lafon: Transférés est une sorte de critique sociale. Est-ce que c'est important pour vous de toucher vos lecteurs sur les enjeux de notre société?

Kate Blair: Oui, absolument. Je ressens souvent - en particulier avec les récents événements politiques - que la prochaine génération est notre meilleure espoir! Le fond de mon histoire est de comprendre comment les meilleures intentions peuvent aggraver les choses si vous ne parlez pas, n'engagez pas et n'écoutez pas les personnes et les points de vue différents de la vôtre.

ML: L'histoire se passe dans un futur proche. Vous êtes vous inspirée de faits réels actuels pour écrire votre roman?

KB: En fait, il est mis en place dans une autre version de Londres. Je me suis inspirée des événements présents et j'ai entendu une infirmière parler de ses expériences lors de l'épidémie de SRAS à Toronto. Elle a dit que lorsque les gens l'ont vu dans son uniforme d'infirmière, ils ont traversé le trottoir pour l'éviter. Ils l'ont traitée comme une criminelle. Et cela m'a fait penser à la façon dont nous traitons souvent les criminels, et même les pauvres. Comme s'ils étaient  contagieux.

Ça rejoignait beaucoup ce que je lisais dans les journaux au Royaume-Uni. Des critiques envers les personnes handicapées et les prestations de maladie. Donc, les idées reçues sur les boucs émissaires, les maladies et la pauvreté se sont conjuguées ensemble et cela a produit Transférés.

''Et cela m'a fait penser à la façon dont nous traitons souvent les criminels, et même les pauvres. Comme s'ils étaient  contagieux.''

ML: Les auteurs de science-fiction sont généralement des visionnaires. Comment imaginez-vous le futur de l'humanité? Y a-t-il une ressemblance avec le roman?

KB: J'espère vraiment que le futur sera plus joyeux que le monde dans mon roman - je ne pense pas qu'il ressemblera beaucoup à Transférés. Mon prochain roman se déroule à des centaines d'années dans l'avenir, sur une planète éloignée - mais en l'écrivant j'ai beaucoup appris sur les défis des voyages interstellaires, et cela semble impossible pour l'instant. Mais la meilleure façon de voir comment nous allons surmonter les problèmes du futur est d'examiner les problèmes du passé. Si les gens du 15ème ou du 16ème siècle pouvaient voir comment nous vivons maintenant, cela leur semblerait miraculeux. J'aime penser que si nous pouvons voir l'avenir, cela nous semblerait tout aussi miraculeux.

NULL

À paraître


Littérature ado

Littérature

Jeune adulte

Bio/témoignages

Documents

Cuisine/santé